Pensée du mois

EDITO – TRAVERSÉE QUOTIDIENNE

 

Les chapitres 14 et 18 du livre de la Genèse  ont beaucoup en commun. Dans ces derniers, le neveu d’Abraham, Lot, est en danger. Et Abraham pieusement exprime son souci concernant le bien-être de Lot. Tou-tefois, il y a une étonnante différence de perception et d’agissement de la part d’Abraham. 

Au chapitre 14, lorsqu’Abraham apprend que Lot a été capturé, immédiatement il part à la guerre. Il ras-semble trois cent-huit de ses plus braves serviteurs.  A la tête de son armée, il avance contre ses ennemis. Dieu bénira sa tentative de secours. 

Au chapitre 18, lorsqu’Abraham entend les nouvelles concernant l’imminente destruction de Sodome, il va aussitôt prier. Ainsi, il lutte avec Dieu pour la sécurité de la famille de Lot. Finalement, Abraham reçoit la certitude que la ville ne sera pas détruite s’il y a en elle une quelconque personne jugée bonne.  Dieu bénira son intercession. 

Dans ma réflexion, je ne me suis posé la question, que ce serait-il passé si Abraham au lieu d’aller à la guerre  avait prié,  ou s’il avait prié lorsqu’il devait aller à la guerre ? 

Si j'examine mes « propres batailles et mes prières » je réalise que plus d'une fois, j’ai inversé mes manières d’agir ! 

Que Dieu vienne à notre aide, examinons, désormais, nos propres batailles et prières afin de nous assurer que nous n’avons pas devancé Dieu ou que nous ne traînons pas derrière Lui.

 

 

Sarah Vilches

 

 

 

tous les dimanches

culte à 9h45

Accueil-café à 9h15

News

Programme

Page Facebook Armée du Salut Suisse